L’église Saint-Maurice à Annecy

La ville d’Annecy possède de nombreux sites à visiter, pour le plus grand plaisir des touristes qui peuvent découvrir la beauté de la préfecture de Haute-Savoie.

Parmi les points d’intérêt de la ville, on peut noter l’église Saint-Maurice, située dans la vieille ville à quelques encablures de l’église Notre Dame de Liesse que nous vous avons déjà présenté ici.

L’histoire de l’église Saint Maurice

La plus ancienne église d’Annecy était au départ destinée à être une simple chapelle, rattachée au couvent des Dominicains. Celui-ci avait été fondé en 1422 à la suite d’un incendie qui avait ravagé la ville.

La construction de la chapelle débute cette même année et ne s’achèvera qu’au XVIème siècle. En effet, ce qui ne devait être qu’une simple chapelle a pris bien plus d’importance au cours de son édification pendant laquelle des chapelles latérales sont rajoutées au plan d’origine.

Sa structure reprend celle des églises de l’ordre des Dominicains, avec un large vaisseau pour pouvoir accueillir de nombreux fidèles. L’église devient d’ailleurs rapidement un lieu de culte important pour la population annecienne.

Son histoire a ensuite été mouvementée puisqu’elle a tour à tour joué le rôle de marché puis d’écurie avant de retrouver son rôle premier en devenant une église paroissiale et en prenant son nom actuel.

Les trésors de l’église Saint Maurice

L’église Saint Maurice possède un riche patrimoine artistique qui fait tout le charme de cet édifice d’apparence plutôt modeste. Il faut dire que sa restauration en 1953 a permit de mettre en avant des peintures murales et des vitraux lumineux .

Contrastant avec la sobriété de l’autel, un majestueux Christ en croix domine le chœur, éclairé par la verrière colorée du fond de l’église. Les vitraux latéraux sont également dignes d’intérêt et méritent d’y jeter un œil.

Différentes statues ornent les chapelles de l’église Saint –Maurice : Vierge à l’enfant, Sacré Cœur de Jésus, Pieta en marbre… Les tableaux ne sont pas en reste avec en particulier une remarquable peinture funéraire du tombeau de Philibert de Monthoux, datant du XVème siècle.

Avec un peu de chance, la visite peut s’effectuer au son de l’orgue, un bel instrument visible depuis la nef dans la tribune au-dessus de l’entrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *