Esperance III Annecy

Espérance III, un projet pour redonner vie à un symbole du patrimoine du lac d’Annecy

Au cours des précédents siècles, le lac d’Annecy a connu une période commerçante particulièrement dynamique. Quotidiennement, les habitants voyaient de nombreuses barques à voiles latines aller d’un bout à l’autre, pour les échanges en tout genre. Les navires transportaient des tonneaux de vin, du bois de chauffage ou encore du charbon. Parmi eux, on distinguait clairement un puissant brick caractérisé par la position étonnante de ses voiles. Très bientôt, cette légende des voiles « en oreilles d’Annecy » va refaire son apparition, grâce à l’association Espérance III.

Une réplique fidèle d’un bateau du début du XXe siècle

Comme son nom l’indique, Espérance III sera fabriqué sur le modèle d’Espérance II, qui a fait ses armes sur le lac d’Annecy entre 1911 et 1930. L’association éponyme ambitionne de finaliser sa conception à l’horizon 2020. Cette fois, l’objectif n’est plus de transporter des marchandises, mais de sensibiliser les grands et les petits à l’Histoire, au patrimoine – mais aussi aux enjeux de la préservation de l’eau, par exemple.

Lorsque ce bateau sera achevé, il accueillera des groupes scolaires, des familles ou même des entreprises pour leur donner un aperçu du passé, redécouvrir les voies commerciales mythiques du lac (les pierres de Brédannaz, le bois des Bauges, le vin de Veyrier, etc.) ou encore s’initier aux actions permettant de préserver ce milieu naturel privilégié.

Espérance III : une conception ambitieuse et éco-responsable

En apparence, Espérance III ressemblera fidèlement à Espérance II. Toutefois, ses concepteurs ont souhaité relever des défis techniques pour que leur projet reste en phase avec leurs objectifs pédagogiques, notamment autour de la protection de l’environnement.

Concrètement, au cœur de ce projet mis en place depuis 2 ans, on identifie l’ambition de mêler les matériaux d’hier avec les évolutions technologiques d’aujourd’hui. On trouvera, par exemple, un moteur électrique et on disposera d’une capacité de charge de 20 tonnes. Bien évidemment, les voiles latines seront de la partie, pour entretenir le mythe !

L’association Espérance III, qui accueille tous les soutiens avec grand plaisir, rappelle que l’exploitation du bateau sera « à but non commercial ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *