brioche prlaines saint genix

La brioche de Saint-Genix aux pralines

On l’appelle parfois simplement « gâteau de Saint-Genix », mais il s’agit bien d’une brioche : connaissez-vous ce dessert savoyard emblématique, provenant de la ville de Saint-Genix-sur-Guyers ? Facilement identifiable avec sa garniture de pralines rouges, cette gourmandise existe depuis très longtemps, et on raconte quelques légendes à son sujet…

Le gâteau « Lullaby », en l’honneur d’une martyre sicilienne

La création du gâteau de Saint-Genix découlerait d’une première recette pour rendre hommage à Sainte-Agathe. Au IIIe siècle, on lui a coupé les seins parce qu’elle n’a pas abjuré sa foi. La légende a beaucoup circulé dans la région, notamment au XVIIIe siècle.

C’est à ce moment que l’on décide, pour célébrer son anniversaire, de confectionner un premier gâteau en forme de sein. De cette première création, les Savoyards conservent l’habitude de préparer des brioches de forme ronde. Ainsi, lorsque la famille Lullaby souhaite fabriquer un gâteau en son nom en 1848, elle adopte naturellement une géométrie sphérique.

L’évolution du gâteau de Saint-Genix au fil du temps

La brioche aux pralines roses, initialement considérée comme une spécialité lyonnaise, a été totalement re-visitée par la famille Lullaby. Marcel, le petit-fils de la maison, a rajouté des pralines à l’intérieur du gâteau, à la demande de ses clients, pour qu’il soit encore plus savoureux.

La recette de ce délice reste un véritable secret, détenu par les trois boulangers-pâtissiers de la ville (dont la Maison Lullaby, rachetée par Alain Bavuz). Couronnée de succès, cette fabrication est promue depuis 2007 partout dans toute la région jusqu’à Annecy par la Confrérie du Gâteau de Saint-Genix.

Mais que trouve-t-on vraiment dans la brioche de Saint-Genix ?

Si la méthode détaillée pour obtenir un gâteau de Saint-Genix appartient aux artisans locaux, on peut toutefois connaître ses principaux ingrédients (tout comme le gâteau de Savoie) qui sont très simples : on utilise des œufs frais, du beurre, de la farine, du sucre, de la levure, de l’eau de fleur d’oranger pour aromatiser et des pralines aux amandes entières.

On sait que le dosage des pralines est un enjeu capital, car il en faut suffisamment pour apporter de la gourmandise, mais pas trop pour préserver la pâte. Un dosage que seuls les initiés maîtrisent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *