Archives de catégorie : Patrimoine

L’histoire de la statue Claude Louis Berthollet d’Annecy

Né en 1748 à Talloires, près d’Annecy, Claude Louis Berthollet est un médecin et un grand chimiste, inventeur de « l’eau de javel », entre autres ! Sa vie est ponctuée d’inventions et d’histoires étonnantes. Voici celle de sa statue érigée dans le parc de l’Europe, hors des murs de la ville d’Annecy.

Qui est Claude Louis Berthollet ?

Après des études de médecine à Turin, Berthollet part à Paris pour suivre des cours de chimie. Médecin du duc d’Orléans, membre de l’Académie des Sciences et de la Royal Society, il devient professeur à l’École normale de Paris et fut l’un des premiers fondateurs de l’École Polytechnique. Sa plus grande invention sera celle de l’eau de javel ! Tout comme Lavoisier, il est perçu comme un précurseur en chimie avec l’emploi du charbon pour purifier l’eau et la conception des poudres fulminantes. Il est nommé sénateur par Napoléon 1er. Pendant la Révolution Française, il dirigea la fabrication de la poudre avec Gaspard Monge.

Une statue dédiée à Claude Louis Berthollet

En 1840, certains notables d’Annecy proposent d’élever un monument en mémoire de Claude Louis Berthollet. Cette œuvre, fabriquée gratuitement par Carlo Marochetti, fut placée sur la promenade du Pâquier, dans le jardin de l’Europe, en 1843. Beaucoup de promeneurs se baladent dans ce magnifique parc situé sur les rives du lac d’Annecy, en dehors de la ville. Sur la statue, quatre bas-reliefs rappellent les faits marquants de la vie du chimiste : Berthollet qui se présente à Tronchin à Paris, recevant le duc d’Orléans dans son laboratoire, avec Bonaparte devant les pyramides d’Égypte et au chevet de Monge.

Une statue qui a failli être fondue !

En 1944, c’est la seconde guerre mondiale et la France est occupée par les Allemands. L’Allemagne Nazie réquisitionne pour son effort de guerre une quantité importante de métaux non ferreux comme le plomb, le cuivre ou l’étain pour ses usines d’armement. Dans le cadre de cette mobilisation, la statue de Berthollet est déboulonnée de son piédestal pour être fondue sur ordre des autorités d’occupation allemande. Mais la statue ne sera pas fondue et retrouve le Parc de l’Europe en octobre 1944. 

Si vous souhaitez découvrir cette statue lors de votre passage à Annecy, n’hésitez pas à réserver votre séjour dans notre hôtel à Annecy

pont de la caille

Découvrez un monument historique : le pont de la Caille

Dans le sud-est de la France, se trouve une splendide ville aux rues pavées : Annecy. Mais il y a aussi Annecy et ses environs… et les monuments historiques de cette région ! Entre autres, le pont Charles-Albert, plus communément appelé « le pont de la Caille », sorte de plongeoir suspendu entre ciel et terre. D’aspect très romantique de par son architecture, venez découvrir ce lieu vertigineux qui domine le torrent des Usses de 150 mètres !

Histoire du pont de la Caille

Le pont Charles-Albert ou pont de la Caille a été construit en 1839 avec ses fameuses 4 tours que l’on voit de très loin, clin d’œil à l’époque médiévale. Première voie de passage entre l’Italie et la Suisse, ce pont était essentiel pour faciliter les échanges entre Annecy et Genèves. À l’époque de sa construction, le pont de la Caille, de 192 mètres de long, était unique en son genre grâce à sa technique de « pont suspendu ». Depuis, il a subi peu de modifications sauf pour ses câbles qui ont été changés plusieurs fois avec des techniques nouvelles pour le stabiliser !

Une vue splendide sur la région

Ce pont surplombe la rivière des Usses situé sur les communes d’Allonzier-la-Caille et de Cruseilles en Haute-Savoie, en région Auvergne Rhône-Alpes. On a une vue spectaculaire et impressionnante sur la verdure, la rivière, les montagnes et les gorges de la Caille. Ce pont permet d’attirer énormément de touristes grâce à ses visites guidées et ses parcours pédagogiques organisés régulièrement par l’office du tourisme de Cruseilles : histoire des termes de l’époque, construction du pont, ect.

Un pont dédié seulement aux piétons et aux cyclistes

Le pont de la Caille relie les petites villes Gruseilles et Allonzier la Caille. Les voitures ne pouvant pas passer sur ce pont, un autre pont routier a été construit en 1929, le pont Caquot sur la départementale 1201. Celui-ci, initialement prévu pour accueillir une ligne ferroviaire complète le pont de la Caille qui est maintenant dédié aux piétons et aux cyclistes. Spectaculaire d’un point de vue architecturale, il bénéficie d’une très grande notoriété au niveau régional et touristique. Venez-vous y balader à pied ou à vélo !

Si vous souhaitez découvrir le pont de la Caille, n’hésitez pas à séjourner durant votre voyage à notre hôtel à Annecy

paysage Annecy

3 marques qui prouvent l’inventivité et l’ambition des Annéciens !

On connaît beaucoup Annecy pour son lac paisible, son art de vivre respectueux de l’environnement, son souci accordé au bien-être des résidents et touristes. Mais il ne faut pas oublier que de grands entrepreneurs vivent sur le territoire, et participent à son développement en exportant leurs idées bien au-delà de nos frontières. Zoom sur 3 initiatives locales à suivre de très près ! Continuer la lecture

chaîne des aravis

La chaîne des Aravis, un massif préservé et une biodiversité passionnante

Entrant dans la catégorie des massifs préalpins, la chaîne des Aravis se constitue principalement de plateaux, combes, falaises et alpages. Si le col des Aravis culmine à plus de 1 400 mètres d’altitude, d’autres sommets dépassent les 2 700 mètres.

 

Des espaces de promenade privilégiés

Pour tous les amateurs de nature, le massif des Aravis mérite le détour : plusieurs randonnées y sont possibles, avec à chaque fois des atmosphères différentes. Sur le plateau de Beauregard, vous jouirez d’un panorama exceptionnel sur Manigod, le Parmelan et la chaîne des Aravis tout entière.

À 1 450 mètres, vous pourrez rejoindre le lac glaciaire des Confins en partant de La Clusaz. Vous apercevrez, en arrière-plan, le point culminant de la chaîne, la Pointe Percée à 2 750 mètres d’altitude.

Enfin, une balade du côté de la vallée du Manigod se révèle aussi très plaisante, afin de découvrir les chalets typiques de la région, respectant les bases de l’architecture locale (des constructions dans le sens de la pente, des toitures à deux pans ou encore un faîtage toujours dirigé vers la vallée).

Le village du Grand Bornand pour s’initier aux secrets du Reblochon

Si vous aimez déguster une tartiflette durant l’hiver, impossible de passer à proximité du massif des Aravis sans faire un détour par le Grand Bornand, d’où provient le Reblochon, ce fromage si connu et si apprécié des gourmets (mais aussi des gourmands !). Les plus passionnés pourront très facilement trouver des fermes et fromageries qui ouvrent leurs portes aux visiteurs, pour mieux comprendre comment se fabrique cet authentique délice.

Du sport au grand air

Vous êtes plutôt en quête de sensations fortes ? S’il peut paraître quiet et paisible, le massif des Aravis n’en reste pas moins le paradis des activités sportives de haut vol. Vous pouvez par exemple y pratiquer le parapente, mais aussi l’escalade (pour les débutants comme pour les initiés).

Enfin, plusieurs canyons peuvent être parcourus : à vous de les choisir en fonction de vos préférences et ambitions.

écomusée du lac d'annecy

L’Écomusée du Lac d’Annecy, un voyage insolite dans les Alpes savoyardes

Votre voyage dans la région d’Annecy ne sera pas seulement géographique, mais se révèlera historique : rendez-vous à l’Écomusée du lac d’Annecy, pour découvrir une vaste collection d’objets traditionnels. Une occasion de plonger dans le passé régional de manière ludique, pour apprendre sur les pratiques d’antan tout en s’amusant ! Une expérience compatible avec tous les profils, des jeunes enfants aux seniors, en passant par les visiteurs en situation de handicap.

Que trouve-t-on à l’Écomusée du lac d’Annecy ?

Bâti sur le territoire de Sevrier, l’Écomusée se situe sur la rive gauche du lac d’Annecy. Il offre à chacun l’opportunité de retourner quelques siècles en arrière, puisqu’il se focalise essentiellement sur la période allant du XVIIe au tout début du XXe.

À titre d’exemple, on y trouve toutes sortes de costumes traditionnels locaux, issus de différentes périodes. De plus, on y apprend comment les habitants vivaient au fil des époques, au travers d’objets authentiques conservés pendant plusieurs années. Pour que tout le monde puisse saisir le sens de chaque élément exposé, ces derniers sont placés dans leur contexte propre. Et pour mieux illustrer leurs usages, on peut aussi visionner des petits films relatifs aux événements de la vie à l’époque (l’occasion de voir comment se passait un mariage il y a plusieurs siècles).

Ce lieu sur le lac d’Annecy permet également de comprendre quels sont les savoir-faire anciens qui font la particularité du territoire, à l’image des travaux d’aiguille.

De nombreuses animations pour vivre pleinement sa visite

En tant que visiteur à l’Écomusée du lac d’Annecy, vous n’êtes pas un simple spectateur : différentes animations et activités vous sont proposées. L’occasion de vous immerger un peu plus dans les traditions savoyardes, tout en prenant du bon temps avec toutes les personnes qui vous accompagnent !

Pour information, les visites sur place sont organisées toute l’année sur réservation, à destination des adultes, des groupes scolaires ou encore des individus en situation de handicap. L’établissement a reçu le prix d’excellence du Guide du Routard, tout en ayant été défini comme coup de cœur du Guide Bleu Hachette.

église Saint-Maurice d’Annecy

Les secrets de l’église Saint-Maurice d’Annecy

Sa construction a débuté au XVe et s’est achevée au XVIe siècle : l’église Saint-Maurice, à Annecy, est vite devenue un haut-lieu de rassemblement pour tous les pratiquants catholiques de la région. À l’intérieur du monument historique, plusieurs œuvres d’art sont visibles. Si vous passez à proximité de ce lieu, n’hésitez pas à y entrer, afin de découvrir ses secrets…

La plus ancienne église d’Annecy ouvre ses portes

Pendant la saison touristique, de nombreuses visites guidées permettent de pénétrer dans les coulisses de l’église Saint-Maurice, la plus ancienne de la ville d’Annecy. Côté conception, le monument n’attire pas toujours l’attention, car il ne s’intègre pas dans un style spécifique — et le nom de son architecte n’est même pas connu.

Pour autant, l’édifice inscrit au titre des monuments historiques et partiellement classé vous réserve de belles surprises. Une peinture à l’huile issue de la fin du XVe ou du début du XVIe suscite l’engouement et recèle un côté mystérieux. Elle représente la Vierge, Pierre de Luxembourg et Saint Thomas. On estime qu’elle date de l’époque des dominicains mais, puisqu’elle était murée, on ne l’a découverte que très tard, dans les années 1950. Un autre tableau, cette fois de Philibert de Monthoux, montre un corps en décomposition et des individus en larmes.

Par ailleurs, le chœur de Saint-Maurice bénéficie d’une belle luminosité grâce à ses sublimes vitraux.

Un édifice récemment rénové et toujours préservé

En 2016, l’église Saint-Maurice a subi une restauration complète. Une enveloppe de près de 3 millions d’euros a été consacrée à la partie rénovation et restauration, tandis que l’on a dépensé environ 115 000 euros pour les objets mobiliers.

L’église a alors été entièrement couverte d’un enduit. Les Annéciens se sont étonnés de voir cette couche blanche appliquée sur un monument historique si sensible. En réalité, il s’agit d’un enduit à base de chaux, qui protège le bâtiment des dégâts liés à l’humidité.

Pour la petite histoire, cette église n’a pas entièrement survécu à la Révolution Française : on l’a pillée et on a retiré son clocher pour la transformer en écurie et en marché à grain. L’édifice a récupéré son identité religieuse en 1804.

annecy journées du patrimoine

Comment profiter des journées du patrimoine 2018 à Annecy ?

Placées sous le thème de « L’art du partage », les journées européennes du patrimoine se tiendront partout en France les 15 et 16 septembre 2018. Sur la ville d’Annecy, plusieurs manifestations sont prévues afin de profiter de ce week-end exceptionnel : zoom sur les principaux rendez-vous à ne pas manquer !

Autour du Palais de l’Île

Considéré comme l’un des monuments emblématiques d’Annecy, le Palais de l’Île est un édifice classé, à l’intérieur duquel de nombreuses animations sont prévues pendant les journées du patrimoine. L’exposition « Annecy 68 » se tiendra sur place, afin de revenir sur cette période de métamorphose profonde dans une perspective locale. D’autres manifestations sont pensées pour tous les publics : des animations pour les enfants et de la médiation.

Patrimoine, culture, arts et histoire

Pendant ces journées du patrimoine, les amateurs d’édifices de caractère se rendront au château d’Annecy, où se tiendra une exposition temporaire. Les passionnés d’Histoire, quant à eux, pourront découvrir ou redécouvrir des lieux comme le conservatoire d’art et d’histoire, ouvert au public, ou même les archives départementales, que l’on pourra voir d’un autre œil au travers des visites « Rien à cacher ! » (consacrées à des lieux non accessibles habituellement). Pour les cinéphiles, une exposition autour des secrets de fabrication aura lieu au musée du film d’animation.

Découvrir des quartiers, des architectures et des créations en tout genre

Les journées du Patrimoine n’offrent pas seulement l’occasion de visiter des lieux comme les musées, mais aussi de s’intéresser à toute l’histoire de la ville d’Annecy. Ainsi, des parcours sont prévus afin de mieux connaître les logements collectifs du XXe siècle, et de s’initier à leurs particularités (les immeubles à cour ouverte des années 1930, par exemple).

Les visiteurs pourront également écouter un guide-conférencier raconter les façades de la vieille ville, ou en apprendre davantage sur l’histoire du Thiou, de la vie quotidienne entre artisanat et industrie sur le bord du canal (jusqu’aux réaménagements modernes).

Des églises aux quartiers récemment rénovés, en passant par le centre historique, les espaces naturels et les musées, le week-end des journées du patrimoine constitue une invitation à découvrir Annecy sous un autre angle.

Écotourisme Annecy et Haute-Savoie

Écotouristes, découvrez les joies d’Annecy et de la Haute-Savoie

Partout dans le monde, on prend conscience des problématiques écologiques : nos activités menacent la planète, et nous devons modifier nos comportements pour mieux préserver l’écosystème. Ces changements de perspectives concernent essentiellement la vie de tous les jours, mais aussi les vacances ! Ainsi, de plus en plus d’individus pratiquent désormais l’écotourisme. Nous les invitons à s’immerger au cœur de la Haute-Savoie, à Annecy et dans les villes proches, pour vivre pleinement leur expérience.

Continuer la lecture

les cygnes du lac d'Annecy

Les cygnes du lac d’Annecy : un symbole à préserver

Espèce emblématique de la ville d’Annecy, les cygnes se trouvent menacés : en une vingtaine d’années, la population a chuté de plus de 50 %. Ainsi, les élégants oiseaux blancs, souvent présents sur les anciennes photos souvenirs des touristes, se font de plus en plus rares. Parmi les causes évidentes de cette désertification, on trouve l’urbanisation du secteur, qui rend les conditions moins favorables et encourage les spécimens à se déplacer vers d’autres contrées…

L’Histoire des Cygnes sur le lac d’Annecy

Symbole de l’amour, le cygne est un animal que l’on aime toujours croiser, inspirant la sérénité et la bienveillance. Pendant longtemps, on avait toutes les chances d’en rencontrer sur le lac d’Annecy, volontiers considéré comme le plus pur d’Europe.

Ce n’est pas pour rien que la seule et unique île du lac a été baptisée « Île aux Cygnes » : deux couples de cygnes ont été offerts à la ville au XIXe siècle. Ils se sont acclimatés à l’espace et ont pu se reproduire. Jusqu’à la fin des années 1990, on comptait une bonne centaine de volatiles sur tout le lac d’Annecy. Malheureusement, leur condition s’est largement dégradée entre temps : aujourd’hui, ils ne seraient pas plus de 40…

Pourquoi les cygnes disparaissent du lac d’Annecy ?

Certaines disparitions de cygnes sont purement accidentelles : en 2017, une famille entière a été bloquée dans le canal de Thiou. Plusieurs sont morts après avoir été piégés par des chutes d’eau.

Mais dans la grande majorité des cas, les beaux oiseaux blancs ne meurent pas : ils quittent le territoire. Aujourd’hui, la ville d’Annecy est plus dynamique que jamais. Les habitants et touristes en tirent pleinement profit, puisque les installations se multiplient, tout comme les services et les possibilités de trouver un emploi.

En revanche, l’urbanisation des rives repousse les animaux un peu plus loin, ces derniers recherchant avant tout de la verdure pour s’épanouir. Pour préserver son emblème local, Annecy devra donc limiter son essor sur les secteurs où vivent les cygnes, au risque de les voir tous déserter.

exposition CAUE haute savoie

Archi 20-21 Intervenir sur l’architecture du XXème siècle : quand l’urbanisme rencontre l’histoire

A Annecy, la programmation culturelle réserve souvent d’excellentes surprises. En novembre avait lieu une exposition organisée par le CAUE de Haute-Savoie consacrée à l’architecture du XXème. Retour sur cette exposition soulevant des problématiques liées à l’urbanisme en Haute-Savoie.

Le CAUE de Haute-Savoie à l’honneur

Implanté Esplanade Paul Grimault à Annecy, le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de Haute-Savoie (CAUE74) est un organisme départemental qui a vocation à former, informer et sensibiliser à la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement ainsi qu’à la préservation de l’environnement.

Dans ce cadre, il dispose de plusieurs prérogatives de service public. Le CAUE fait ainsi office de conseil indépendant pour les communes, de lieu de rencontres entre administrations et professionnels de la maîtrise d’ouvrage mais aussi d’interlocuteur privilégié pour les particuliers désirant construire ou rénover.

Une exposition qui pose la question de l’évolution urbaine

A l’heure où les acteurs de l’évolution urbaine rencontrent de vraies difficultés pour décider entre démolir, préserver, entretenir, agrandir, rénover, transporter ou même reconvertir des bâtiments, cette exposition présentait 24 interventions effectuées au 21ème siècle sur des édifices érigés lors du 20ème siècle. Il faut dire que le siècle dernier a vu la construction de plus de bâtiments que tous les autres réunis et que de nombreux courants esthétiques sont représentés.

A travers ces 24 exemples, l’exposition invitait à s’interroger sur les critères à retenir pour décider de l’avenir de certains édifices. Elle a également mis en avant l’étroite relation entre l’histoire et l’urbanisme puisqu’il est le reflet de l’évolution des techniques de construction et le témoignage d’une époque.

L’exemple d’une usine de décolletage reconvertie en étude notariale

Parmi les 24 interventions présentées durant l’exposition, le visiteur pouvait remarquer l’exemple de la  reconversion d’une usine de décolletage bâtie au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale en une étude notariale.

Ce projet de reconversion est une franche réussite, l’étude notariale offrant une image contemporaine tout en conservant quelques références architecturales à l’industrie qui y eut son siège. La preuve que le passé peut rester présent…

Le CAUE de Haute-Savoie propose des expositions tout au long de l’année, que vous pourrez découvrir lors de votre séjour à Annecy.